samedi 11 juin 2016

[CR] Ivre, il retourne sur le balcon sud de la Sainte Victoire

La mémoire est quelque chose de particulier. En 2011 avec une poignée de xvttistes nous avions posé nos crampons de vtt (et de chaussures, on reviendra sur ce point plus loin) sur les magnifiques balcons sud de la Sainte Victoire. J'avais même fait une p'tite vidéo et pris la trace.
Pourquoi 5 ans plus tard j'ai voulu proposer à nouveau cette sortie ? Sans doute parce que j'avais bien oublié la précédente sortie. Donc ce compte rendu sera pour vous et aussi pour mon moi du futur à qui j'écris ce message : Lewis, réfléchi bien avant de re-proposer cette sortie, pense au poussage, à la végétation qui griffe, etc. OK mec ? (oui je me parle comme ça). Mais pense aussi que tu n'as jamais eu autant de fou rire durant une sortie. Voila qui sème le doute aussi.

Quand ça veut pas... ça veut pas !


A l'image du reste de la matinée, le départ commençait bien. On se rassemble gentiment sur le Parking de Roques Hautes. On regarde qui est la, qui manque. Pas d'Aurélie, normal, elle semblait pas trop motivée de fêter son anniversaire de cette manière. Bon 8h 10 on part et à ce moment la arrive Rémy, en claquettes, son doudou à la ceinture (on reviendra sur ça aussi plus tard) le vélo en kit et les pneus à plat.



On se prépare tranquillement et on y va...

... et puis non, on retourne au parking pour attendre Rémy


Bref, on commence la trace par une bonne quantité de route. En effet il faut remonter la départementale sur bien 9 km avant d'attaquer une montée bien pénible vers St-Ser. Heureusement la route est sympa, le temps est couvert, mais il fait chaud et humide par contre.

La Sainte Victoire est en face !

Le beau groupe !

9 km en vélo, ça use, ça use !

On s'arrête pour faire un point sur le doudou de Rémy, sorte de porte bonheur qui lui évite les crevaisons et reporte le mauvais oeil sur un voisin proche. Ou alors c'est juste une serviette pour s'essuyer le visage, le doute persiste.



Donc en quittant la route, on pense se faire plaisir sur les sentiers bucoliques (le payage est très très joli). Erreur, car très très rapidement la montée devient inroulable, ça monte raide et il y a des marches très peu franchissables. Donc poussage, donc râlage pour Eric (et c'est que le début, d'accord, d'accord). On monte jusqu'à proximité de l'ermitage de St Ser et on laisse le sentier qui monte à la grotte aux champignons (paraît que c'est très sympa) sur notre droite. On est un peu en hauteur et on domine toute la plaine de Rousset, c'est joli même avec les nuages bas.

Début de la montée et jolie vue sur la Sainte



Très vite il faut pousser


On garde plus ou moins le sourire, c'est selon la crédulité des uns et des autres sur le reste du programme...



La je tente de passer en force les marches, mais sans réelle conviction


Aldric, la sagesse même, ne tente même pas de rester sur le vélo

Et la c'est la partie la plus roulante en fait !

Le sourire d'Eric, c'est pour la photo uniquement

Bon la vue est belle quand même, oui on voit rien y a des nuages, mais on est mieux que devant un match de l'Euro !

Très joli coin accroché dans les premiers pans rocheux de la Sainte, des petits murets complètent le vide.

on voit que la météo était bien sympa

Petite pause avant la suite qu'on devine au loin en arrière plan
Le chemin continu de plus belle, toujours aussi peu roulant. J'hésite pas mal sur le parcours, avec deux ou trois erreurs d'aiguillage qui me font perdre la confiance déjà précaire qu'avait mis en moi le groupe. On se dirige en direction du refuge Barthélémy-Baudino, le secteur de la Torque qui nous rappelle que le parcours nous avait été à l'époque proposé par un certain Torquefada, alias Patrice pour qui nous avons d'heureuses pensées agréables et poétiques à base de noms d'oiseaux. Le genre de propos que l'ont peut avoir sur le coup en train de pousser péniblement son vélo griffé de toutes parts par la végétation piquante.

voila qui résume bien la sortie 

notez le regard impitoyable de David, plein de rancœur bien justifiée

le paysage brumeux est bien sympathique pourtant, moi je m'éclate bien.

On en bave mais on se marre !

Thibault jette négligemment son vélo pour faire une pause. Il est crevé. Et je parle autant de l'un que de l'autre, mais pour le moment on ne le sait pas, c'est une surprise pour la suite, chute je vous ai rien dit !

Je sais pas, mais j'ai jamais autant rigolé pendant une sortie, la on devait encore sortir des expressions à base de "Ivre, virgule,..."

Jeff attaque directement le rosé à la bouteille

David et... heuuu, aller j'ose,... Goliath. non mais sérieux elle est bizarre cette photo

Et repoussage. On a autant poussé que la végétation depuis la dernière fois que j'étais venu. Et la végétation, chez nous, c'est pas des trucs tout doux, c'est des trucs qui te défoncent les bras et les jambes et tout ce qui entre en contact avec elle en fait.

Bon à ce stade, la rando, jusqu'alors pénible mais quand même faisable, bascule complètement.
Arrêtés pour souffler un peu, le pneu de Thibault souffle lui aussi. Du genre cocotte minute. D'un flegme que l'on peut qualifier de "corse", celui-ci regarde le jet d'air bruyant d'un oeil menaçant et repart sans plus se soucier que ça du problème. Problème qui finalement l'oblige bien sûr à s'arrêter une fois le pneu trop mou, le préventif n'ayant absolument rien fait pour arranger ça. Donc pause mécanique, on enlève la roue et Thibault commence le démontage du pneu. Celui ci vomi abondamment son jus de préventif blanc mousseux de façon bien dégoûtante. Thibault tente de regonfler une chambre percée avant de capituler les mains pleines de mousse et de prendre une seconde chambre, pas percée cette fois. Le gonflage et le préventif qui jute de partout nous plie littéralement de rire, un grand moment de n'importe quoi ! :D

J'aimerais pas être son pneu
au début ça allait, tant que le pneu arrivait encore à contenir ses 10 litres de préventif mousseux



la par contre ça commence a devenir très crado


on en profite pour se reposer les mollets mais pas les zygomatiques !

Soudainement Thibault décide de s'accoupler avec sa roue !




Franchement j'ai jamais autant rigolé en VTT !


un moment mémorable. J'espère juste que le préventif est relativement biodégradable...




Bon c'était dur de repartir avec un tel fou rire, mais le devoir vttesque nous appelait. Il nous appelait de manière très floue car je me suis bien perdu avec mon GPS.




un passage un peu roulant (rare donc)
Le parcours continue finalement vers la départementale via une descente très sympa (mais brève). pas de photos en stock, mais on voit ça sur la vidéo.
Une fois sur la route on rattaque une seconde montée tout aussi pénible que la première, non, pire en fait. On surplombe un très joli paysage et le sentier est sublime par moment, surtout sur un passage vraiment un balcon pour le coup. Mais Thibault nous fait encore des blagues avec sa roue crevée. Il explose la chambre et doit encore en changer. Quand ça veut pas...

Petoulet après un poussage

Les montées sont toutes comme ça

Mais faut admettre que c'est beau

A chaque montée Eric montait d'un rang dans le râlage

Nos têtes baissées expriment bien notre sentiment

A quoique, j'étais encore motivé et confiant à ce moment la

Aller les gars on est arrivés au sommet. Ha non, pas encore, bon ben c'est dans pas longtemps !

Prenez le temps d'admirer le visage épanoui de Rémy qui porte son vélo et on sent que ça lui plait

mais si ça roule, enfin si on fait demi tour ça roulera peut être

Oh on a vue sur la mer ! Ha non c'est Gardanne

On croise des randonneurs qui se demande ce qu'on fait avec des vélos ici...

Les panoramas ça peut être fatal pour les gens

ha ben si, la ça roule (mais c'et pas le bon chemin, demi tour !)

un passage un peu tendu dans les rochers, ça rend pas forcément en photo (ni en vidéo d'ailleurs). Du coup si vous voulez apprécier allez y vous même !

Alors ça c'était LE passage le plus joli de toute la sortie, une descente roulante pour une fois et très très belle

Oui juste après c'était plus roulant. Je vous avais pas dit que les descentes sont pas vraiment roulantes non plus ?





Un passage un peu tendu bien sympa

Un peu abattus par la chaleur humide

Finalement devant les travaux de réparation du pneu de Thibault qui nous attendent, 3 d'entre nous craquent et partent aux voitures en coupant par la route. Histoire de nous enfoncer un peu plus David précise qu'il avait prévu un apéro à base de bonnes bières bien fraîches à l'arrivée, mais qu'il se casse avec : Ivre, il repart sans attaquer l'apéro.

Bon nous on fait pas vraiment mieux car le GPS tombe en rade. On se sent plus de continuer sur le refuge Cézanne, alors on coupe aussi un peu par la route. Il est midi et on en a un peu marre. On rattrape un peu un sentier bien fun sur la fin avant d'arriver à Roques Hautes, presque entiers.

Devinez qui répare encore une fois ?

on verse quand même une larme

et qui fait encore le show ? hein ? devinez ?

et voila c'est fini
Voila le tracé qu'ont était sensés faire




Et voila toutes les photos des différents contributeurs réunies en un album :


4 commentaires:

  1. hi hi hi ha ha ouh ouh!!!, je vais me regarder le bétisié encore une fois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hahahaha ! moi aussi ça me fait rire !

      Supprimer
  2. Ahahahah! Excellent CR Lew! J'ai rigolé tout le long!
    On a passé un super moment malgré la difficulté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en rigole tellement que je propose de faire QUE des sorties comme ça, et à chaque fois on te crève un pneu aussi pour rigoler !! :D

      Supprimer

Laissez moi un p'tit message sympa ! :)